Contact

 VALBE

 

 

 

 



21, rue Anita Conti

Parc Tertiaire de Laroiseau

CS 80190 

56005 VANNES CEDEX

Tel. 02 97 54 52 86

 > Contact mail

 > Nos implantations

 

 

 

 

Foire aux questions

Qui produit les boues d'épuration ?

Chaque jour, en France, chaque individu génère, qu'il le veuille ou non, 3 litres de boues d'épuration (à 20 g/l de matière sèche).

1 m3 d'eaux usées donne, après traitement, 20 l de boues à 2 % de siccité soit 350 à 400 g de boues (matière sèche).

Tous les citoyens sont donc impliqués dans le traitement et l'utilisation des boues d'épuration.

Personne ne peut se désintéresser du devenir de ce produit qui résulte de notre existence même et nous devons donc tous apprendre à vivre avec !

Bien que classées dans la catégorie des déchets Qu'est ce qu'un déchet ? Loi du 15 juillet 1975 modifiée « est un déchet (...) tout résidu d'un processus de production, de transformation ou d'utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l'abandon ». par la réglementation, la majeure partie des boues produites en France est en fait apte au recyclage et conforme à la réglementation. L’utilisation de ces boues en agriculture est utile pour le sol comme pour les plantes. La connaissance de leur origine, de leur nature et de leur utilisation permet à chacun de juger en connaissance de cause du bien fondé de l’épandage agricole, pratique qui s’est largement développée depuis plus de 30 ans en s’appuyant sur des règles précises et rigoureuses.

Comment les aspects sanitaires liés à l'épandage des boues ont été prise en compte ?

Rattaché au Ministère de la Santé, le CSHPFConseil supérieur d’hygiène publique de France est considéré comme une haute autorité sanitaire en France. De 1994 à 1997, un groupe de travail a été créé à l'initiative du CSHPF, sous la présidence du Professeur BONTOUX (Faculté de Pharmacie de Montpellier), pour examiner les aspects sanitaires liés à l'utilisation en agriculture des boues résiduaires. Les travaux ont porté sur trois thèmes, approfondis dans des sous-groupes spécifiques comprenant une quarantaine de spécialistes de divers horizons :

  • la biologie des boues,
  • les éléments-traces,
  • les micros-polluants organiques.

Les conclusions de ce travail, diffusées par circulaires fin 1997, valident la maîtrise sanitaire de ce choix de filière, sous réserve de mettre en œuvre un certain nombre de précautions en terme d'analyse des produits et des sols, et d'organisation des opérations d'épandage. Les diverses recommandations émises ont pour la plupart été reprises dans la réglementation française sur l'épandage (décret du 8 décembre 1997 et arrêté du 8 janvier 1998, intégrés depuis dans le code de l'environnement).